Le dernier combat

C’est un curieux combat que je vais livrer là

Un défi à la vie, sans instants de répit

Etrange sensations mêlées de dérision

Le monde a rétréci et mes traits ont vieilli

 

Pas vraiment préparé à cette vérité

Je me suis effondré et puis j’ai paniqué,

Permettant à la peur de prendre son ampleur

J’ai essayé de fuir en noyant mes plaisirs

 

Avant de m’envoler, je voulais profiter

Prendre sans partager, surtout ne rien laisser

Puisque j’allais mourir, je voulais engloutir

Mes remords et regrets en lâchant mes secrets

 

Peu importaient les maux que je causais aux sots

A ceux dont la pitié frisait la vanité

A ceux-là mon mépris allait de mal en pis

De l’amour à la haine, je n’avais pas de peine

 

J’ai perdu mon courage en étant fou de rage

J’en ai voulu aux Cieux, et j’ai maudit les Dieux

Qu’avais-je bien pu faire en gagnant ce cancer

Tiré d’un mauvais sort, à la vie à la mort !

 

Où était la justice, un horizon factice ?

Pourquoi tant de souffrances après trop d’insouciance

Un vase s’est brisé, sur le froid marbre usé

C’est mon corps qui se fâche et la vie qui me lâche

 

En courant droit devant, m’arrêterais-je un temps ?

Pour reprendre l’élan vers un dernier printemps

Pousser jusqu’à l’été avant l’éternité

Qui voudrait engloutir, mon âme et ses désirs

 

C’est triste par ici, mais voilà, je souris,

Un mouroir au bonheur donnant des hauts le cœur,

Je ne veux pas d’espoir, je n’ai pas peur du noir

J’ai vu tant de soleils, j’emporte leurs merveilles

 

Maintenant regardez, mon visage est fané

Lui qui a combattu, vous est offert à nu

Un peu perdu, hagard, je confie au hasard

Le soin de me mener vers la félicité

 

J’ai refusé vos soins et choisi mon destin

Je n’ai pas de regrets, la vie est un essai

Et je l’ai transformé, je me suis libéré

Du poids de mon passé, la douleur m’a sauvé

 

© 20/10/08 (Antia)

Publicités

27 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Aurore
    Mai 25, 2009 @ 18:10:27

    Il y a des âmes qui parlent si bien à d’autres âmes….Merci amie Anita pour cette poésie de la vie et de ses combats, que l’on reçoit parfois des uns et des autres, d’ici ou d’ailleurs, par des mots inaudibles. Je t’embrasse bien affectueusement. .

    Réponse

  2. Fangorn
    Mai 25, 2009 @ 18:25:36

    Trop d’émotions dans ce texte … les mots me manquent.Avec toutes mes amitiés et toute mon admiration pour ton talent de faire vivre les mots.

    Réponse

  3. Tiene tú mi ange.
    Mai 25, 2009 @ 18:29:49

    puré quelle beau texte j’en suis soufflé.jte souhaite une soiré entouré de plein dechaleur et d’amour…amitié sincere …fab..

    Réponse

  4. Régine
    Mai 25, 2009 @ 19:06:35

    tu sais trouve les mots juste qui font qu’il n’y a pas grand chose a dire apres ,juste que ces mots sont forts de tant de chosesbisous et bonne soiree

    Réponse

  5. CC.
    Mai 25, 2009 @ 19:55:59

    sublime… bisous tendresse ma zamour

    Réponse

  6. athee
    Mai 25, 2009 @ 21:20:36

    Bel hommage à la vie,cette vie qui n’est qu’un eternel combat,un chemin tortueux,parfois douloureux plein d’inégalités,mais qui pour tous n’a que cette issue qu’est la mort……Ce qui est unjuste :C’est la souffrance,mourir,celà n’est rien,mais vieillir,souffrir……..Pourquoi?Meci pour ce très bel écritFrancis

    Réponse

  7. Michel
    Mai 25, 2009 @ 21:26:38

    Ne fanent que les roses…

    Réponse

  8. Jacques
    Mai 25, 2009 @ 21:31:08

    Que d’émotions !Merci Anita :"Je n’ai pas de regrets, la vie est un essaiEt je l’ai transformé, je me suis libéréDu poids de mon passé, la douleur m’a sauvé…"C’est magnifique de lucidité… Bravo !AmitiésJacques

    Réponse

  9. Areski
    Mai 25, 2009 @ 22:00:28

    On t’a écoutée, on a admiré; Devant la force des mots, souvent, un silence suit. . .peut-etre mieux méditer. .Gros bisous.

    Réponse

  10. loulou
    Mai 26, 2009 @ 03:21:43

    Tellement beau, Marthe… et humain. Ça fait drôlement réfléchir…Amitiésloulou

    Réponse

  11. Anne-Marie
    Mai 26, 2009 @ 04:15:13

    texte très fort et très beau!!! amicalement

    Réponse

  12. foudebassa
    Mai 26, 2009 @ 04:54:41

    superbe !le combat de la vie le pas sur la maladiepeu importe le passéseul le présent compteet livrer ce combat làpour à nouveau sourireà la vie!tendrementfoudebassa

    Réponse

  13. Bernie
    Mai 26, 2009 @ 05:08:33

    Rien n’est jamais défini,Rien n’est immuable dans une vie.Tant de choses peuvent arriver,La vivre pleinement est donné.Si demain j’avais le temps,J’inscrirais sur la pierre « l’instant »,Pour me souvenir que c’est hier que j’aurais dû le faire, Pour ne jamais oublier que je suis née de ce monde, de cette terre.J’avancerai à pas lent,J’apprécierai chaque moment,Je laisserai mes larmes couler,Mes sourire, dans mon cœur, s’imprimer.Je subirai mes joies,M’élèverai de mes peurs d’autrefois,Parce qu’il est si bon d’être « l’enfant »L’enfant se réfugiant dans ce corps de géant,Prenant la fuite pour mieux se (re)-trouver,S’ouvrant aux autres pour mieux leur « parler ».Je veux vivre la mort sans apparat,Je veux vivre la mort d’un état.L’état n’est que passage,La mort n’est que présage,Il m’a été soufflé, il m’a été dit,Qu’après la mort, on revit…Alors, « a-Dieu » à ce que je suis aujourd’hui,Demain, c’est sur, j’aurai grandi.Valérie

    Réponse

  14. Bernie
    Mai 26, 2009 @ 05:14:23

    De ce corps amputé,Mort de ma féminité,Je ne m’en sens plus maître,Il décide seul de ce qu’il doit être.Il a accepté la maladie,Elle s’est installée, sans bruits.Elle grignote, inlassablement,Affamée, elle prend place simplement.De ce regard de femme,Je ne perçois que mon âme,N’osant regarder ce corps,Qui a su vu, me fait souffrir, plus encoreInlassable descente,Effroyable cercle de Dante,Tourbillon de l’enfer,Mon dieu mais que puis-je y faire?A ce corps amputé,Je me suis opposée,Tu n’auras de ma féminité,Que ce qu’impose la société,Je trouve dans les yeux de l’homme que j’aimeLa plus douce, la plus flamboyante force cachant sa peine.Il me dit femme…sa femmeEt par cela, chaque jour je gagne,Sur ce parcours,Eclairé de son amourAujourd’hui je sais, qu’avec toiLa maladie ne peut atteindre qu’une partie de moiPuisque le reste je te l’ai donné,Le jour où l’on s’est rencontréJe vois encore dans ton regard,Tout cet espoir.C’est vers lui que je me tourne, fière,D’être pour toi, de ta vie, ta lumière.Prends-moi encore dans tes bras,C’est en leur sein que je me batsJe suis restée femme à tes yeuxJe m’empli de ton amour…c’est merveilleuxCorinne qui se bat et se débat, mais qui va vaincre ?

    Réponse

  15. Ailleurs
    Mai 26, 2009 @ 08:06:49

    Bonjour Anita,j’en ai des frissons de te lire…et comme à mon habitude, j’espère que tu perçois mes mots sans les dire…ce combât dont tu parles, est un combât gagné….je t’embrasse et te remercie pour l’émotion toujours très forte qu’offre tes écrits.que ta journée soit douce.bisousmarieje m’escuse pas encore ?? hein .. lol.. pour le peu de mots..mais je crois que tu as compris que quand c’est trop… pfft je ne trouve pas les mots… ha là là, bécasse que je suis…tu fais dans l’émotion, je driai pour résumer, tu abordes tant de moments de la vie, disons que cette émotion que tu nous offres dans tes écrits, je la sens et souvent elle m’envahit…. (escuse pour les fautes d’orthographe, …)tu as vu?? j’ai écrit un peu aujourd’hui… j’espère que celà te fera sourire et plaisir..merci pour ta douce présence, ton coeur est plein d’amour…. tu es une personne magnifique Anita, tes mots nous le disent…et je te passes pas de pommade hein ?? lol… je sais que tu le sais..merci pour ta présence …..jolie poétesseje t’embrasse

    Réponse

  16. Bernie
    Mai 26, 2009 @ 16:04:22

    Que c’est drôle, je te vois, je t’entends, mais toi, oui toi, tu ne vois de moi que ce corps allongé. Je t’en prie, lève les yeux. Je suis là, , tout près. Je les ai vu, tu sais ces papillons qui dansaient, ils étaient si beaux, si légers, plus ils venaient à moi, plus j’entendais au loin une douce musique. Tu me parles de larmes, mais je ne vois sur ton visage que de jolies gouttes de cristal, qui roulent sur tes lèvres. Tes lèvres si douces qui ont tant embrassé.Je ne souffre plus, c’est si bon, et puis tes mots qui m’ont accompagné pendant ma danse céleste entouré de papillons, tes mots ont fait de moi, le bel oiseau libre que je suis devenu. Qu’il est bon de voir l’ampleur de ton Amour, qu’il est doux de sentir ta main dans la mienne, m’aidant à rejoindre ce chemin fleuri qui aujourd’hui est le mien… Que ta Promesse te rende heureuse, je serai là, toujours près de vous. Mais, tu souris ? Tu m’entends ? Je vois tes larmes couler encore plus fort. Tu me « sens », je le sais. Tu vois je ne suis pas parti. Je suis juste de l’autre côté du rivage. Et demain, oui demain, nos deux mains se tiendront. Je te le promets, je serai là, comme tu l’as été pour moi aujourd’hui. Tu sais, les anges existent. Ils sont là, ils m’attendent…J vous aime. Je suis si bien. « Un Bruissement d’ailes se fit entendre. Un souffle de vent vint caresser la joue de cette femme et le soleil choisit cet instant pour éclairer son visage » Bernie qui compatit dans ce combat

    Réponse

  17. floriane
    Mai 26, 2009 @ 17:50:56

    merci pour tes mots si justes et si bien dits

    Réponse

  18. Sasha
    Mai 26, 2009 @ 17:54:59

    Un cheminement lucide de la vie à la mort… Un écrit qui me donne des frissons tant tu es arrivée à nous faire partager les états d’âme de ce malade et son acceptation finale de l’inexorable… Merci Anita pour ce "petit bijou" tout droit sorti de ton coeur…Tendresse. Sasha

    Réponse

  19. ☼BERNIE
    Mai 26, 2009 @ 20:08:05

    La vie, est – elle un combat? Une lutte ?J’avoue qu’entre le combat et la lutte, il existe une différence que je ne saurais décrire, tentons de le faire !La vie, elle même, se dit "vie", et non pas combat, ni lutte !Entre les maux et les "mal à dit", se trouve la vie en lutte, et ce combat, ne saurait être digne,sans la justesse de ces mots, et le savoir "bien dire", que tu nous offres sans cesse,même lorsque l’horizon se fait fléau !Amitié Bisous Bernie des Anges

    Réponse

  20. Michèle
    Mai 28, 2009 @ 06:19:05

    Magnifique lâcher prise ! ….Bisous Mishâ

    Réponse

  21. Annick
    Mai 29, 2009 @ 02:22:20

    Il existe des personnes "un cran au-dessus"… selon une de mes expressions favorites, et … tu en es une…Bise douce poétesse

    Réponse

  22. Areski
    Mai 29, 2009 @ 03:07:21

    J’ai utilisé cette expression venue d’en l’air, dans mon dernier billet.Si c’est de moi, j’en suis flaté. Bonjour du vendredi matin et bonne journée.Areski

    Réponse

  23. nathalie
    Mai 29, 2009 @ 21:39:07

    coucoucet écrit est magnifique mais en même temps triste car douloureux. Oui il y a la libération d’un corps en souffrance et d’un esprit torturé par un passé difficile mais cette façon d’être parti pour fuir l’insuportable du passé est-ce la meilleure? et pourtant cela nous pend au nez à tous si nous n’affrontons pas nos vieux démons…En même temps cet écrit est un chant de victoire dans le lâcher prise, l’acceptation de son propre destin…Et puis qu’y a t’il après la mort? la mort ne fait elle pas partie de la vie?bisous

    Réponse

  24. Only
    Mai 29, 2009 @ 21:49:17

    Bonsoir Anita,Que rajouter de plus à tout ce qui a été dit et bien dit?Que même la mort n’est pas une fin en soit, donc tous espoir est permis dans nos lâcher prises.Notre destin est tracé dés notre fécondation et au delà de notre petit passage sur terre.Gros bisousJp

    Réponse

  25. val
    Mai 30, 2009 @ 09:09:09

    L’ange de l’espoir Anita…..c’est toi

    Réponse

  26. val
    Mai 30, 2009 @ 09:10:41

    NE t’oublies pas……là….ici….et maintenant……t’m

    Réponse

  27. capucine
    Nov 01, 2009 @ 17:25:20

    magnifique votre texte … lacher prise quelques foisl vaut mieux !aùitiés

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :