Fleur D’Es Sens

 

Quand l’amour nous tenaille et qu’au fond des entrailles

Un feu discontinu nous brûle et met à nu

Les voiles désuets de nos petits secrets

Nos souffrances et chagrins se livrent à nos matins

 

L’ardente rébellion et son chœur en fusion

Plaide ce qui nourrit de pain et d’Eau de Vie

Tous les deuils obligés au fil des ans serrés

Dont nous jetons l’obole au fond des nécropoles

 

Ha, mes frères et mes sœurs, sentez battre ce cœur

Il y a tant d’Amour pour combler tous nos jours

Déposons lui nos pleurs, chacun de nos malheurs

 

Reprenons ces chemins, ceux qui mènent plus loin

Nos corps en appétit ont besoin de défis

Tout est à conquérir, l’Amour ne peut périr

 

 

© Anita Le Sant

Avoir l’art de …

Avoir l’art de …


Nous avons l’art de cultiver

La critique et le jugement

Cela doit-il nous consoler

De savoir qu’il fut de tous temps


Nous avons l’art de détourner

L’essence de notre Justice

Cela doit-il nous soulager

De nourrir de tels artifices


Nous avons l’art de nous noyer

Dans l’artificiel éphémère

Cela doit-il nous détourner

Des messages de notre Terre


Nous avons l’art de nous leurrer

Et de nous moquer de nous-mêmes

Cela peut-il nous gratifier

De tourner autour de nos peines


Nous avons l’art de calculer

D’offrir à l’esprit des vacances

Cela peut-il nous avancer

De multiplier l’ignorance


Nous avons l’art de quereller

Peut-être un troublant anxiogène

Cela peut-il nous éveiller

De mélanger la paix, la haine


Nous avons l’art de nous cacher

Sous les couleurs de nombreux masques

Cela doit-il nous apeurer

De mettre de côté nos frasques


Nous avons l’art et la manière

De ne pas savoir écouter

Nous avons des arts millénaires

Et des chemins de Vérités


Mais à ces arts éparpillés

Nous serons combien à goûter

Ils pourraient bien se révéler

Les gardiens de nos libertés


© Anita Le Sant