Aimer … ainsi …

 

Aimer … ainsi …


Pardonnez-moi d’aimer, d’être ce que je suis

Un souffle à épuiser aux aurores meurtris

L’étrange rareté dont s’empare la vie

Lorsque la satiété ne trouve son répit


Comment puis-je altérer l’élan qui me nourrit

Celui qui m’a jeté depuis cet infini

Hors des tranquillités pour revenir ici

Du champ d’éternité aux champs des incompris


Combien faut-il jeter de pierres aux insoumis

S’ils ne font que parler de leurs maux et envies

Sans jamais réfréner la course des défis

Jusqu’à s’en épuiser et y perdre la vie


Je les ai observé tous ces vaillants esprits

Des monts et des vallées, l’écho portait leurs cris

Combien ont résonné dans les creux de mes puits

Où j’allais, atterrée, me ressourcer de Vie


J’ai voulu m’éloigner de tout ce qui terni

Mais je dois témoigner pour ce qui anobli

Loin de vouloir sauver chacune de vos vies

J’aime tant vous rêver vivants, en harmonie


Les couleurs du passé offrent cette alchimie

Que vos cœurs ont cherché à reproduire ici

Combien se sont heurtés aux vaines embellies

Sans jamais retrouver la voie de l’éclaircie


Car pouvoir se moquer de tout ce qui soucie

Sans jamais redouter d’être nommé « maudit »

Nous oblige à aimer ce qui différencie

La personne alitée et ce qui la pourri


Si la curiosité s’endort avec la nuit

La spontanéité lancée comme défi

Ne sera que raclée, gifle des affranchis

Et nos cœurs mortifiés sombreront dans l’oubli …


Pardonnez-moi d’aimer … ainsi …


© Anita Le Sant

Hier, Aujourd’hui et … demain ???

Hier, Aujourd’hui et … demain ???


Les anciens cultivaient pour nous

Des chants à nous mettre à genoux

Ils avaient de multiples dons

Le goût prononcé du pardon

 

En d’autres lieux, en d’autres temps

Des tempêtes et des ouragans

Ont balayé la belle sphère

Pour en extraire sa Lumière

 

Il y en eut des conquérants

Des voyageurs impénitents

Du superflu au merveilleux

Ils furent aimés sous tous les Cieux

 

Quel pouvait être leur secret

Pour vivre de tous ces bienfaits

Qu’y avait-il de différent

Avec l’Ici et Maintenant

 

Peut-être était-ce la Sagesse

De l’Amour contre la détresse

Mais un cycle de vie plus loin

On peine à se nourrir de pain

 

Le ciel aurait-il tout gardé

Pour que nous soyons affamés

Peut-on espérer accueillir

Un jour nouveau comme avenir

 

Les anciens et leur héritage

Ont pourtant noirci bien des pages

En symboles ou en écriture

Ils ont soulevé des voilures

 

Quelques générations plus tard

On exhume de vieux grimoires

Qu’on vend pour deux, trois lingots d’or

Mais c’est notre âme et ses trésors

 

Nos cœurs hurleront d’autres cris

Étouffés sous le poids du bruit

Et sous la terre abandonnée

Le savoir sera consumé

 

Si l’Amour quitte un jour ces lieux

Peu importe que l’on soit Dieu

L’Essence même de la Vie

Avec lui s’éteindra ici

 

© Anita Le Sant